Le Cygne noir 2017-2018

Le Cygne noir 2017-2018

Journal des élèves de l'IPSA Paris

Comment devenir pilote de chasse ?

Mis en ligne en avril 2018

De nombreuses personnes sont attirées par le pilotage d’avion. Un des moyens d’atteindre ce rêve est d’entrer dans l’Armée de l’air et de devenir pilote de chasse, cependant il n’est pas rare que les gens qui souhaitent faire ce métier puissent se poser beaucoup de questions pour savoir comment accéder à ce poste. On va donc y répondre ici.

     Deux possibilités de devenir pilote de chasse

Il existe deux voies différentes pour devenir pilote de chasse. Tout d’abord, il est possible d’accéder à ce métier en faisant des études scientifiques afin d’intégrer une classe préparatoire aux grandes écoles pour, à l’issu, entrer à l’Ecole de l’air (à Salon de Provence) où seront délivrées deux formations :
–    Formation militaire initiale : il s’agit d’une formation de 17 semaines commune à tous les candidats, où sont apprises les bases du métier de militaire (combat rapproché, tir, …)
–    Formation de pilote de chasse : c’est une spécialisation pour ce métier précis où les candidats se voient instruire tous les rudiments du pilotage, du rôle du pilote, des techniques de combat aérien et beaucoup d’autres éléments de ce métier. Durant ces quatre ans de formation, l’élève a le grade d’aspirant

À l’issue de cette formation à l’Ecole de l’air, l’élève sort avec le brevet de pilote, le titre de pilote de chasse et est promu au grade de lieutenant. Il est alors assigné à une unité où il se verra confier un avion.

     Les sélections EOPN

L’autre voie d’accès au métier, souvent considérée comme plus facile, est de passer par la formation des EOPN (Elève Officier du Personnel Navigant). Il s’agit d’une formation accessible dès la sortie d’un bac général, quelle que soit la série, et qui se décompose en plusieurs étapes :
– Inscription du candidat : la personne qui souhaite accéder à cette formation doit d’abord se rendre au CIRFA (Centre d’Information et de Recrutement des Forces Armées) le plus proche de chez lui, où il devra remplir un dossier d’inscription. En retour le CIRFA lui transmettra une date à laquelle il pourra commencer les sélections.
– Les sélections ont lieu sur la Base Aérienne 705 à Tours où pendant cinq jours tous les candidats seront testées dans différentes épreuves éliminatoires :

Test du palonnier
Crédits : J-L Tassin

Premier jour : les candidats passent d’abord le test du palonnier, il s’agit d’un test où chaque candidat, assis dans un cockpit

simplifié et mobile monté sur ressort, doit aligner une règle (située devant lui) avec trois cibles lumineuses qui s’allument dans un ordre aléatoire. À l’issue de cette épreuve, les candidats passent des tests psychotechniques qui se présentent sous forme de QCM sur ordinateur en un temps limité. À la fin de la journée les inspecteurs se réunissent pour savoir qui a réussi les épreuves puis convoquent un par un ceux qui ont échoué pour leur annoncer qu’ils n’ont pas été retenus. Ceux qui ne sont pas appelés peuvent donc accéder au deuxième jour de la sélection.

Deuxième jour :  encore deux épreuves composent ce deuxième jour, la première est une épreuve sur simulateur de vol, appelé SECPIL, dans lequel le candidat doit piloter un avion dans des conditions réelles (il utilise le manche et le palonnier) et suivre un cap indiqué sur l’écran il doit aussi réaliser simultanément des calculs mentaux avec des nombres qui s’affichent à plusieurs endroits de l’écran. La

Déroulé du test de « Luc Léger »

deuxième épreuve est une des plus importante puisqu’il s’agit de celle du sport. Elle se déroule en plusieurs étapes : d’abord les candidats passent le test de « Luc Léger » qui est un test d’endurance dans lequel le candidat est jugé sur la durée pendant laquelle il est capable de courir. Ensuite il y a l’épreuves des tractions ou de suspension pour les femmes, les candidats sont jugés sur leur force. Pour les hommes la note dépend du nombre de traction que le candidat est capable de faire et pour les femmes celle-ci est attribuée en fonction du temps que la candidate peut tenir en suspension (avec les bras en position de traction haute). Enfin les futurs pilotes passent un test d’aisance aquatique qui consiste à nager 100 mètres en nage libre (sauf sur le dos) puis faire 5 mètres en apnée et ce sans interruption. À l’instar du premier jour, les candidats ayant échoué ne sont pas conviés à continuer la semaine.

Troisième jour : ici ce sont trois épreuves que les candidats devront passer. La première est un test d’anglais, niveau baccalauréat, sous forme de QCM composé de 150 questions divisées en trois parties de difficulté croissante. La seconde est un questionnaire de personnalité de 150 questions. La dernière épreuve est une épreuve de groupe qui a encore pour but de déterminer la personnalité de chacun. Tous les candidats passent au quatrième jour.

Quatrième jour : cet avant-dernier jour n’est plus composé d’épreuves compliquées. En effet, les candidats passent un entretien un psychologue et un pilote de l’armée qui posent des questions pour essayer de déceler des éléments qui pourraient empêcher le candidat de devenir pilote. Ensuite, le candidat passe un examen médical complet, le SYGICOP :
o    S représente la ceinture scapulaire et les membres supérieurs
o    I la ceinture pelvienne et les membres inférieurs
o    G l’état général

 

Grille des notation du SIGYCOP Crédits : Florentin GUITTET

o    Y les yeux et la vision
o    C le sens chromatique
o    O les oreilles et l’audition
o    P le psychisme
Cinquième jour : Fin des épreuves

– Durant une commission qui a lieu plus tard dans l’année, la CCEAA (Commission Commandement des Ecoles de l’Armée de l’air) décide quels candidats seront retenus en fonction des besoins de l’Armée de l’air en pilote de chasse. Les candidats retenus vont ensuite suivre une formation de pilote de chasse qui est la même que celle des élèves pilotes de l’Ecole de l’air.

Florentin GUITTET

Pour en savoir plus :

Site du Ministère de la Défense

Blog spécialisé dans les métiers de l’aérien

 

Comments are closed.