Le Cygne noir 2017-2018

Le Cygne noir 2017-2018

Journal des élèves de l'IPSA Paris

Des fous en cavale à La Réunion

Mis en ligne en Décembre 2017

 

Affiche officielle du grand raid 2017 ; Crédit : Association Grand raid

La Réunion est une île de sportifs ! Le jeudi 19 octobre 2017 à 22 heures exactement était donné le coup d’envoi de la Diagonale des Fous, la plus longue et la plus difficile des 4 courses du Grand Raid. Le Grand Raid, qui a lieu chaque année depuis 25 ans, est un évènement sportif important pour les Réunionnais : il est très médiatisé et fait connaître l’île dans le monde entier.

Cette année, ce sont 2628 participants et participantes qui prennent le départ, 2628 « Fous » prêts à s’élancer. Presque la moitié d’entre eux sont natifs de La Réunion. Mais nous avons aussi un millier de sportifs venant de la France métropolitaine et les derniers 10 % viennent du reste du monde. Tous ces coureurs seront accueillis par les 1600 bénévoles déployés sur tout le parcours au niveau des ravitaillements, où les coureurs peuvent manger ou se reposer et où ils doivent pointer.
Parmi ces participants, nous avons JP qui nous vient du sud de l’île et que nous allons suivre. Il s’agit de son 10e départ et il espère de tout cœur décrocher sa 8e médaille ainsi que son T-shirt « j’ai survécu ». En effet ce n’est pas gagné d’avance…

Etes vous prêts à relever le défi ? C’est parti !

Photo du lac de Cilaos ; Crédit : Serge Gélabert

 

                La Diagonale des Fous, c’est 165 km et 9580 m de dénivelé positif cumulé à effectuer dans les sentiers de l’île. Le dénivelé étant la différence d’altitude entre deux points géographiques.
Partis de la ville littorale de Saint Pierre, dans le sud de l’île, ils doivent traverser la Plaine des Cafres, proche du volcan le plus haut et le plus étendu de la Réunion, le Piton des Neiges qui est inactif et où l’on n’a jamais vu de neige ! Puis ils traverseront deux de nos trois magnifiques cirques, Cilaos et Mafate, ce dernier étant inaccessible en voiture.

Par la suite ils se dirigeront vers le Maïdo et redescendront vers la ville de la Possession et la Grande Chaloupe dans le Nord-ouest. Ils obtiendront le saint graal en passant la fameuse ligne d’arrivée dans la ville de Saint-Denis, le chef-lieu au Nord de la Réunion après avoir surmonté la dernière étape qu’est le Colorado.
Sur le papier, cela semble simple, mais toutes ces ascensions et descentes au cœur de l’île, c’est difficile, très difficile.
Nos courageux ont alors jusqu’au dimanche 22 octobre 16h maximum pour le faire. Mais bien sûr les premiers d’entre aux arriveront à partir du Vendredi soir et environ la moitié des « Fous » abandonneront avant la fin.

Cela reste une course très difficile malgré les 4 000 litres de coca, les 600 kilos de fruits secs et les 1 860 kilos de cuisses de poulet. Il ne s’agit pas d’une course dans laquelle on peut se lancer à la légère, la validation de deux autres courses de 60km minimum courues où que ce soit dans le monde est nécessaire pour s’inscrire. Selon JP, cette course c’est 40% d’entraînement et 60% de mental.
Notre JP s’est donc lancé dans la course depuis un moment déjà, il est arrivé dans la ville de Cilaos, on considère donc qu’il a déjà effectué la moitié du périple, pas sans bobo évidemment. Mais tout semble correct, et JP se lance donc sereinement dans la seconde partie.

Ce n’est pas le cas de tout le monde. Beaucoup ont déjà abandonné sur blessure ou à cause de la fatigue, car oui, les coureurs ne dorment pas beaucoup en général. Une équipe médicale étoffée est donc présente, accompagnée du SAMU, du PGHM (les gendarmes de la montagne), d’un réseau d’ambulances privées et de la Croix Rouge.

Photo du cirque de Mafate ; Crédit : Jean-Marie MAILLET

Nos coureurs peuvent donc bénéficier d’un petit massage avant de reprendre la course mais ils peuvent aussi être très vivement encouragés à abandonner par l’équipe médicale.
Mais à quoi pense-t-on lorsque que l’on est dans la course ? Qu’est-ce qui passe par la tête quand on se retrouve seul à descendre vers le cirque de Mafate ? Pour JP, c’est simple, il pense à la ligne d’arrivée. À ces derniers kilomètres qui restent à franchir avant d’arriver. Oui, il s’imagine déjà là-bas et c’est ce qui lui permet d’avancer.
Tous ces paysages à couper le souffle qui défilent devant lui, il n’y porte pas vraiment attention car il les connaît. Bien sûr, redécouvrir le petit village perdu de Marla est toujours un plaisir mais JP est dans la course et non pas en balade. Il connaît ces sentiers par cœur, il sait qu’entre ces tamariniers il pourra se reposer en marchant et que quelques kilomètres plus loin, une ascension plus difficile l’attend, il faut donc s’y préparer. JP pense aussi à sa famille. Sa course est aussi pour eux et c’est une grande fierté.
Famille, amis et inconnus sont là pour le soutenir et l’encourager pendant toute la traversée dans un esprit convivial que l’on ne trouve nulle part ailleurs.

Une culture locale palpable sur la course

Photo du T-shirt « j’ai survécu » Crédit : Cynthia Payet

Plus qu’une course, c’est aussi une fête, 2017 marque la 25e année de l’épreuve. Pour le grand départ, nous avons donc droit un feu d’artifices, à des concerts d’artistes locaux, à des défilés des associations de danse, le tout, couvert par nos médias locaux. Une chaîne temporaire est même active pendant toute la course, permettant de suivre la course en direct avec des intervenants comme des sportifs professionnels ou d’anciens gagnants.

À l’arrivée, à nouveau des concerts, et puis, pour les petits, des structures et des jeux, de quoi s’occuper avant l’arrivée de papa ou de maman !
Mais une telle ambiance se ressens sur le parcours même, il peut arriver qu’une famille vienne encourager un proche en musique et puis qu’une autre soit venue faire un pique-nique pour passer le temps.

 

 

 

La Diagonale des fous est donc une aventure sportive vécue par les coureurs mais pas seulement. Pour JP, tout s’est bien passé, arrivé à la 525ème place sur 1830 coureurs, l’ultime pointage est effectué après 44 heures 03 minutes et 32 secondes de course.

Et vous, seriez-vous assez « fou » pour tenter cette expérience unique ?

Pour en savoir plus :

http://www.grandraid-reunion.com/
https://www.reunion.fr/

Cynthia Payet

Comments are closed.