Le Cygne noir 2017-2018

Le Cygne noir 2017-2018

Journal des élèves de l'IPSA Paris

La Falcon Heavy : le lanceur le plus puissant du monde

Mis en ligne en avril 2018

Le 6 février 2018, lanceur lourd Falcon Heavy décollait depuis le centre spatial Kennedy en Floride. La Tesla Roadster du PDG Elon Musk étant dans l’espace, c’est un pari réussi pour SpaceX. Revenons sur cette fusée de tous les records.

Un lanceur aux grandes ambitions

Au début des années 2000, la société SpaceX travaillait sur la fusée Falcon 9, un lanceur moyen à deux étages et un seul corps. Cette fusée très prometteuse mettait SpaceX en très bonne position dans le domaine spatial.

Décollage d’un lanceur Falcon 9, le lanceur prometteur de la société. (Photo : SpaceX)

Mais Elon Musk a imaginé le projet en plus grand dans le but de concurrencer les lanceurs lourds comme Ariane 5 et Delta IV Heavy : la Falcon Heavy. Habituellement, une fusée à un seul corps est composée d’un étage inférieur et d’un étage supérieur, l’inférieur sert à la poussée au décollage et le supérieur contient la charge utile, c’est-à-dire la charge que la fusée doit mettre en orbite. L’idée de la Falcon Heavy est d’accoler trois étages inférieurs de la Falcon 9 pour créer une fusée à trois corps avec une poussée largement supérieure à celle de la Falcon 9, qui pourra donc emmener une très grosse charge utile. Aux balbutiements du projet, le premier lancement de la Falcon Heavy est annoncé pour 2012 soit deux ans après le premier lancement de la Falcon 9 en 2010. Au fil des années la société repousse sa date de lancement. Mais ces dates repoussées ne sont pas inutiles et la société en profite pour améliorer les performances de la fusée à de multiples reprises. Tous les ans, les caractéristiques de la Falcon Heavy changent, la charge utile est augmentée, les performances de décollage également. La version finale, lancée le 8 février, est constitué de trois boosters de la Falcon 9, chacun équipés de neuf moteurs Merlin développés par la NASA et SpaceX. Ces moteurs sont capables d’emmener une charge utile de 63 tonnes en orbite basse, 150km au-dessus de nos têtes. Cette capacité de charge utile est énorme et n’a été dépassée que par deux lanceurs dans l’histoire de la conquête spatiale : Saturn V et Energia. Mais ces deux lanceurs ne sont plus en activité actuellement ce qui fait de la Falcon Heavy le plus puissant lanceur lourd en activité.

A 21H46 heure française, la Falcon Heavy décolle du centre spatial Kennedy en Floride. (Photo : SpaceX)

Une entreprise privée puissante

La société privée SpaceX détient donc la fusée la plus puissante actuellement, et celle-ci permet de venir rivaliser avec les grandes instances spatiales internationales comme le centre national des études spatiales (CNES), l’Agence Spatiale Européenne et Américaine (ESA et NASA)… Avec ce lancement, la société possède un tour d’avance sur Ariane et tous les autres lanceurs actuels de par les caractéristiques de la fusée et la réussite du lancement. Ce succès

Atterrissage synchronisé des deux boosters de la Falcon Heavy, une prouesse technologique énorme. (Photo : SpaceX)

est aussi marqué une nouvelle technologie qui consiste en l’atterrissage des boosters (réacteurs) après la phase de poussée. Cette idée de réacteurs réutilisables après le lancement est une avancée extraordinaire permet de diminuer les coûts car les boosters sont réutilisables et au second plan c’est un énorme avantage car une diminution des coûts implique une augmentation des lancements. C’est une technologie qui a été développée dans un premier temps par la NASA puis brillamment reprise par SpaceX qui l’a intégrée à ses fusées. Cela va donc permettre à SpaceX de multiplier les lancements et prendre une place non négligeable dans le domaine des lanceurs lourds.

Avis de Jérôme Vila directeur associé au CNES

La société d’Elon Musk avec les « Grands » du spatial. Mais selon Jérôme Vila, directeur associé au CNES :
« Les grandes instances internationales ont besoin des nouvelles sociétés privées et vice-versa. »
Il appelle ces deux groupes le « New Space » et le « Old Space », et ils se complètent, l’avenir du spatial dépend de cette collaboration. Quant à la Falcon Heavy, M. Vila affirme que c’est un lanceur très viable. De plus, il ajoute :
« L’idée des propulseurs réutilisables est à l’étude au CNES pour être intégrée aux futurs projets spatiaux.»
Dans un espace de plus en plus encombré par les satellites et les déchets il faut faire face à de nouveaux enjeux et opter pour des projets réutilisables et écoresponsables.

 

Pour suivre cette évolution du domaine de l’espace et les avancées de SpaceX vous pouvez suivre les vidéos des lancements qui sont disponible en temps réel sur le site de l’entreprise.

Rémy Thuillier

Comments are closed.