Le Cygne noir 2017-2018

Le Cygne noir 2017-2018

Journal des élèves de l'IPSA Paris

La France en réaction : l’envol du Triton

Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, un besoin croissant dans le domaine de l’aéronautique se fait sentir avec des innovations techniques sans précédent. C’est ainsi que dès le 11 novembre 1946 la France, à l’aide du SO.6000 Triton, s’inscrit comme l’une des plus grandes nations aéronautiques au monde avec le premier vol à réaction français.

Retrouver son rayonnement après la Seconde Guerre mondiale

Premier avion à réaction français, pourtant peu connu par le grand public par rapport à d’autres avions plus « mythiques » comme le Spitfire, P-51 Mustang, Corsair, B-17, Messerschmitt 109, ou encore le Mirage III, le S0.600 Triton, construit par la Société nationale des constructions aéronautiques du Sud-Ouest (SNCASO), est le fruit d’un travail de longue haleine. Cet aéronef est, en effet, le résultat d’un programme ambitieux à l’initiative de Lucien Servanty, célèbre ingénieur aéronautique français. Tout a commencé dans le plus grand secret en 1943, sous l’Occupation, pour éviter que ce projet ne puisse profiter à l’occupant. Servanty va alors vouloir créer un mono réacteur biplace. Pour cela il va travailler avec une myriade de techniciens et d’ingénieurs pendant près de trois ans qui, comme dans tout projet en aéronautique, vont rencontrer des difficultés pour mettre au jour le premier prototype.

La principale difficulté à laquelle l’équipe du projet va être confrontée est le système de motorisation. Sur le papier, le S0.6000 triton était prévu, en effet, avec un réacteur français, le Rateau-Anxionnaz GTS-65, mais ce dernier accusait un sérieux retard de conception. C’est pourquoi l’équipe de Servanty a choisi de le remplacer par un réacteur allemand, le Junkers Jumo 004-B2, connu pour avoir équipé les Messerschmitt Me 262 Schwalbe, premier avion de chasse opérationnel à moteur à réaction de l’histoire. Cependant, ce choix de motorisation ne servira que pour les deux premiers prototypes du programme, les autres S0.6000 Triton, quant à eux, seront équipés d’un moteur Rolls Royce. À l’aide de ces moteurs performants pour l’époque, le S0.6000 Triton pourra atteindre une vitesse maximale de 955 km/h.

Une place de choix au sein des grandes puissances aéronautiques

Le premier prototype de S0.6000 Triton en 1946.

Le premier prototype de S0.6000 Triton en 1946.

Ces différents choix techniques vont conduire à l’aboutissement du projet en 1946, et c’est ainsi que le 11 novembre 1946, date historique de l’aviation française, sur un terrain d’aviation militaire de la ville d’Orléans-Bricy, un terrain en piteux état encore profondément marqué par l’occupant allemand durant la Seconde Guerre mondiale, le premier S0.6000 Triton va décoller.

Ce premier vol historique fut réalisé dans des conditions météorologiques particulièrement exécrables par les pilotes français Daniel Rastel et Armand Raimbeau. Ce vol test fut court, car les pilotes avaient reçu pour consigne de garder à vue le terrain d’où le S0.6000 Triton avait décollé, afin de limiter au maximum les risques d’abimer l’appareil. En effet, il consistait principalement à une démonstration de force de la part de l’aéronautique française à l’approche du salon mondial de l’aviation qui avait lieu seulement quelques jours plus tard à Paris. Servanty, son équipe, la SNCASO et la France souhaitaient rattraper les autres nations telles que les Etats-Unis, l’Allemagne et l’Angleterre. Le pari est réussi.

Cependant, le programme S0.6000 Triton ne va pas réussir à perdurer dans le temps, puisque seulement cinq prototypes verront le jour, et le programme s’achèvera en  mai 1949. Même si le SO.6000 Triton ne transformera pas l’essai, l’empêchant d’être développé plus largement, il apparaît comme l’élément déclencheur, une sorte de clé de voûte des avions à réaction française. Cela lui vaut une place d’honneur au musée de l’air et de l’espace du Bourget.

Le Concorde, avion mythique duquel Servanty est l’un des principaux Instigateur.

Le Concorde, avion mythique duquel Servanty est l’un des principaux Instigateur.

De nombreux avions à réaction succéderont au SO.6000 Triton, notamment le Dassault Ouragan, le Mystère II, le Mystère IV ou encore le Mirage III. Quant à Lucien Servanty, initiateur du S0.6000 Triton, il connaitra de multiples succès dans sa carrière professionnelle et travaillera sur de nombreux autres projets aéronautiques. Servanty va ainsi être l’un des instigateurs du mythique Concorde qui réalisera son premier vol commercial en janvier 1976, une des nombreuses autres dates majeures dans l’histoire de l’aéronautique. Malheureusement, Servanty disparaîtra bien avant l’achèvement de ce projet, en 1973.

Baptiste Peyne

Pour en savoir plus

Société nationale des constructions aéronautiques du Sud-Ouest
Biographie de Lucien Servanty

Comments are closed.