Le Cygne noir 2017-2018

Le Cygne noir 2017-2018

Journal des élèves de l'IPSA Paris

La Seine Musicale, nouveau temple culturel parisien

Mis en ligne en mai 2017

Inauguré par un concert Bob Dylan le 21 avril 2017, la Seine Musicale s’inscrit comme le nouveau bâtiment culturel par excellence du sud-ouest de Paris. En plus d’une programmation musicale exceptionnelle, cet édifice a su relevé de nombreux défis, tant architecturaux qu’écologiques et environnementaux.

Représentation d'artiste de la Seine Musicale

Représentation d’artiste de la Seine Musicale

Histoire du lieu et du projet

La Seine Musicale prend place sur l’île Seguin, ayant été la propriété des rois de France jusqu’à la Révolution. Celle-ci a ensuite appartenu à différentes personnes et entreprises, tel que le chimiste Armand Seguin, d’où vient son nom, et à partir de 1919 au groupe Renault, pour en faire une base de loisir pour ses employés, mais fini par la transformer en usine. En 1992 l’usine ferme pour manque de rentabilité, et elle sera démantelée jusqu’en 2005 (à cause du désamiantage). Durant ce laps de temps, elle est cédée à la ville de Boulogne-Billancourt. De nombreux projets ont été envisagés, tels qu’en 1999, François Pinaut souhaitait y construire un musée contemporain, mais la longueur des procédures le poussa à entreprendre ce projet en Italie. En 2004, il y a le souhait d’y installer l’Institut Nationale du Cancer, ainsi que les logements pour des chercheurs et artistes, et ainsi en faire un pôle scientifique et artistique de la capitale. En parallèle, l’université américaine de Paris souhaitait y installer son campus, ou bien on aurait pu voir l’apparition de la Citée des Savoirs du XXIème siècle. En 2009, le projet de « Vallée de la Culture », proposant la construction de la Seine Musicale, est lancé et en 2014 la première pierre est posée.

Un défi architectural

L’élément majeur de cette structure est sans équivoque la voile solaire. Elle suit la course du soleil et tourne autour de la coque en forme de nid qui abrite l’auditorium. Il s’agit d’une prouesse architecturale. Pour un cout d’environ 170 millions d’euros, le lieu se compose d’une grande « Seine » (6.000 places) et d’un auditorium (1.150 places) pour des concerts ou des conférences. Elle dispose aussi de studios d’enregistrements et d’un parc de plus de 7.000 m². De plus elle accueillera la maitrise des Hauts-de-Seine et l’orchestre Insula Orchestra, en résidence permanente. Elle se développe sur près de 324 mètres le long de la Seine, avec une surface de 36 500 m², et appartient désormais au Conseil départemental des Hauts-de-Seine. La Seine Musicale est maintenant un lieu d’une envergure égale aux équipements des grandes capitales européennes comme Londres (Southbank Centre), Hambourg (Philharmonie de l’Elbe) et Rome (auditorium Parco della Musica).

Un défi environnemental et écologique

Cet édifice empruntant la forme d’un paquebot naviguant sur la Seine, est tel une arche d’innovation, montrant la voie vers un avenir plus « vert » et durable. La voile solaire est une innovation technologique précurseur. En effet, celle-ci permettra de réaliser des économies non négligeables pour l’alimentation du bâtiment ou encore de l’écran LED, situé à l’entrée, de 800 m². Construit avec une dominante de matériaux s’adaptant à son environnement, bois, verre, béton, l’édifice épouse le contour de l’ile Seguin, laissant libre court à la Seine. De plus, elle n’a pas de dimension hors norme, car elle est essentiellement plate, et est recouverte de 7.000 m² de jardins.

Corentin CORDELLE

Comments are closed.