Le Cygne noir 2017-2018

Le Cygne noir 2017-2018

Journal des élèves de l'IPSA Paris

Le Co-avionnage ✈️

DR400Une nouvelle façon de voler

Ce mot ne vous dira sûrement pas grand-chose et c’est tout à fait normal. Le co-avionnage est un concept que ses fondateurs pourraient appeler sous un autre nom : le co-loisirage. Le concept est simple: il y a environ quarante millions de voyageurs en France pour seulement quarante mille pilotes. Il fallait donc un moyen accessible aux personnes souhaitant faire un petit tour en avion, un moyen facile d’accès pour que leur désir prenne vie.

C’est donc Franck Drouinainsi que six étudiants de l’IAE Gustave Eiffel qui concrétisèrent le concept en créant le site Cofly. Ce dernier peut être comparé au Facebook du ciel. En effet, le site comporte un système d’inscription et d’enregistrement comparable à celui du leader des réseaux sociaux. Mis à part la différence de forme le fond est semblable, à une exception près : l’inscription sur Cofly est payante. Le site est une plateforme d’échange permettant aux pilotes de faire partager leur passion. Afin d’éviter toute incompréhension, le co-avionnage est d’abord un concept permettant aux pilotes ne souhaitant pas voler seuls de partager leur passion en emmenant en promenade avec eux des personnes mais sans toucher un seul euro. Le but est de faire découvrir la passion du pilotage et non de gagner de l’argent. C’est donc ici que se trouve l’origine de toutes les difficultés que ce concept peut connaître en ce moment.

x870x489_avion-maxppp.jpg.pagespeed.ic.7G646O8veV 

Un concept qui pose problème

En 2015, le syndicat de pilote commerciaux l’USPNT(Union Syndicale du Personnel Navigant Technique) à déposé une main courante contre le concept de co-avionnage car des startups tel que Wingly,un concurrent direct de Cofly, ont souhaité rendre lucratif le concept. Ces jeunes entreprises ont souhaité créer, en effet, l’équivalent du co-voiturage dans les airs. Cela reviendrait donc à ouvrir de nouveaux couloirs aériens pour avions légers et donc à faire de la concurrence déloyale aux compagnies commerciales. Le projet a donc mis hors d’eux les syndicats de pilotes jusqu’à ce que ces derniers mettent dans le même panier le concept de Franck Drouin ainsi que son entreprise Cofly et le concept que l’on pourrait appeler « BlaBlaPlane ». A la différence de Cofly, les autres entreprises présentant des prestations équivalentes à celles des taxis seront contraintes d’évoluer sur le modèle de Franck Drouin qui, afin de respecter les compagnies aériennes, impose des promenades par le biais du site de maximum 40 minutes par jour. De quoi faire plaisir aux syndicats de pilotes ! Pour les autres sites le projet ne s’avèrera pas viable car, en cas d’intempéries, les passagers pourraient êtres déroutés vers une autre destination que celle prévue à la base. De plus, l’ouverture de nouveaux couloirs aériens reste très difficile. Demeure encore le problème de la sécurité aérienne. En effet, l’USPNT craint pour la sécurité de l’espace aérien français, le syndicat a peur des passagers qui pourraient embarquer à bord des petits aéronefs. Cela vaut pour Cofly comme pour les autres sites.

 

Pour conclure, le co-avionnage n’est pas un concept qui consiste à transporter des personnes d’un point A à un point B; au contraire, le co-avionnage est un concept de partage qui permet à des pilotes de faire partager à leurs passagers la passion de s’élever à hauteur des cieux et d’admirer les paysages divins que notre beau pays peut nous offrir. Cependant, nous ne saurons malheureusement qu’en janvier 2016 ce qu’il en sera de la querelle entre les syndicats de pilotes et ce concept. Il en va de l’existence de ce dernier.

Cofly: http://www.cofly.fr

 

Jules Dupic

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comments are closed.