Le Cygne noir 2017-2018

Le Cygne noir 2017-2018

Journal des élèves de l'IPSA Paris

Le rap, un style né de la rue

50 Cent au Zénith de Paris en 1987 (photo: photobyalyssa)

Le hip-hop fait ses débuts aux Etats-Unis vers la fin des années 70. Cette musique est née dans les ghettos noirs américains à l’époque des Black Panthers.

En 1979, « Rapper’s Delight » de Sugarhill Gang devient le premier tube rap dans le monde et notamment en France où le mouvement hip-hop touche la jeunesse des cités.
En France, c’est avec l’apparition des radios libres que le rap commence à être radiodiffusé et en 84 des émissions télé voient le jour comme Hip-Hop sur TF1. C’est grâce à cette médiatisation que le mouvement hip-hop devient populaire en France, qui devient déjà la deuxième nation rap. A cette époque, le rap français n’existe pas encore et tous les jeunes se portent plutôt vers la danse et les compétitions se font très fréquentes.

A la fin des années 80, le rap français arrive avec les premiers freestyles de NTM, Assassin, Solaar en direct dans l’émission Deenastyle sur Radio Nova présentée par Dee Nasty

Au début des années 90 c’est la véritable naissance du rap dans l’esprit plus revendicatif où les textes prennent une importance capitale. D’où en découlera au début des années 2000 la création de nouveaux labels, qui influencera l’émergence de nombreux artistes.
Aujourd’hui le rap représente 60% des ventes de disques et des téléchargements de musiques.

 

 

Le rap, le plus écouté, diffuse des messages violents

Lorenzo appelé « l’empereur du sale » (photo: Irvin Heslan)

Récemment nous avons eu le cas du clip de Kaaris , « Dozo » , qui a était censuré par Youtube en moins de 24h à cause des messages violents divulgués, et son retour sur la scène artistique. Loin des premiers mouvements du rap français, le rap prend un nouveau tournant depuis ces dernières années reposants sur des paroles crues. La violence atteint son paroxysme dans certains titres de rap, mais aussi une banalisation de message de haine et de l’usage de drogues.
Lorenzo, aussi appelé « L’empereur du sale », montre à des milliers de personnes que fumer des joints est une activité à faire tous les jours, avec son titre « fume à fond ». Ou bien Akon parle dans le titre « gun in hand » de faire « un manteau d’fourrure avec les poils de ta chatte ». Alors que prône l’égalité homme femme, le rap dégrade l’image de la femme la réduisant au stade de ‘pute’, « Je sors le chibre en même temps que la crosse / Et t’avales le sperme en même temps que ton gloss » Ciroc, Kaaris.

 

Le rap au top des ventes de musique

En 2016, Deezer montre que le rap est un style dominant, à l’aide de l’étude des titres les plus écoutés.Le journal « les échos » relève une progression du marché français de la musique de 3,9% grâce au rap.
Avec un chiffre d’affaire de plus 583 millions d’euro, cette année, le rap s’impose leader du marché français de la musique. Parmi les 200 albums les plus écoutés l’an dernier (tous supports confondus), 86 appartiennent à la catégorie dite des « musiques urbaines », contre 56 en 2016.
Le rap est aussi un genre musical massivement écouté sur les plateformes de streaming. Ainsi, 16 des 42.5 milliards de titres écoutées en streaming l’an dernier en France appartenaient à la catégorie des musiques urbaines ! Un chiffre qui a triplé en un an et devrait continuer à progresser rapidement compte tenu de la popularité croissante du streaming.

 

Un paradoxe ?

Eminem, la légende du rap (photo: Micaphotographie)

D’après un sondage réalisé au cours de notre projet à des jeunes entre 18 – 25 ans, la réponse à la question : « écouté vous du rap ? », a récolté 80% de réponse positive. Nous avons voulu savoir s’ils affectionnent les paroles de ces chansons. Les réponses majoritaires sont un ‘non, les paroles sont choquantes’, alors pourquoi écoute- t-il se type musical si les jeunes sont contre les messages divulgués ? Nous avons alors eu le privilège d’entendre la réponse par une sociologue, Marie Perron, ancienne étudiante de la faculté de Nanterre.

Elle remet en question l’évolution du rap qui a fait une transition depuis les années 2000 vers un style ‘hardcore’, « la violence et la drogue sont des thèmes qui parle aux jeunes de milieu urbain », elle remet aussi en cause l’ouverture à l’information avec internet, dont les informations diffusées joue un rôle dans le développement l’esprit de chacun. Néanmoins Marie mais en avant que seul une poignée de rappeur diffuse des paroles de haine, « mais malheureusement se sont ceux qui se font le plus entendre » elle explique donc que ce rap hardcore exploite la part d’ombre de chacun. Qui fait le succès de ce type musical.

 

 

 

Jean-Baptiste Lecoeur

Comments are closed.