Le Cygne noir 2017-2018

Le Cygne noir 2017-2018

Journal des élèves de l'IPSA Paris

Le Tigre, la fin d’un hélicoptère de légende ?

Mis en ligne en décembre 2017

Hélicoptère Tigre de l’armée de terre française

Le Tigre est le prédateur des airs. Il est mondialement connu et pourtant très peu vendu. En effet, tout nous porte à croire à la fin de cet appareil mythique. Cependant, en exclusivité, une interview de Pierre-Alain Goujard, commandant du GIH (Groupe Inter-armée d’Hélicoptère) énonce un avenir plus que prometteur pour la bête.

 

 

 

Des difficultés dès son lancement

L’hélicoptère EC665 Tigre est un appareil de combat résultant d’un partenariat franco-allemand débutant en 1984. A peine commencé, le programme est déjà un fiasco commercial. Les désaccords entre ingénieurs français et allemands se multiplient, les annulations et les disjonctions techniques ne font qu’entraver le programme jusqu’à la mise en service du premier appareil en 2005.

Un rôle important qui suscite l’intérêt 

Ambitieux et visant à concurrencer le géant américain Boeing et son Apache, le Tigre est envoyé sur différents théâtres d’opération où il fera ses preuves en tant que réel prédateur. Durant les opérations en Afrique ou en Afghanistan, il permet de porter assistance aux troupes au sol ainsi que de détruire des objectifs précis, c’est une machine polyvalente. De plus, de nombreuses technologies comme la disposition notamment du casque TopOwl qui par exemple tourne la tourelle de 30mm dans la direction dans laquelle regarde le chef de bord sont créés à l’intention de la machine. Cela prouvent l’intérêt qu’ont les entreprises comme Sagem, Safran ou Thalès pour l’appareil.

Hélicoptère Apache américain

Le grain de sable de trop

Cependant, aujourd’hui comme à ses débuts, tous les voyants sont au rouge. Trois des quatre pays le mobilisant qui sont la France, l’Allemagne, l’Australie et l’Espagne « subissent » le Tigre plutôt que d’en profiter. L’armée de terre française ne peut mobiliser que très peu d’appareils « Sa disponibilité atteint péniblement 25,6% en 2016 » énonce le journal La Tribune qui parle en conséquence de « faillite » de l’hélicoptère d’attaque Tigre.
Et alors que nos prédateurs français prennent la poussière, le 26 juillet 2017 un hélicoptère Tigre allemand de type UH (Hélicoptère Anti-Char) se crash, emportant avec lui les deux pilotes. Il aurait présenté selon le communiqué de presse de la MINUSMA (Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la Stabilité au Mali) une défaillance technique et pas des moindres. En effet, « selon les informations disponibles pour le moment, une fois que l’appareil a commencé à descendre, des parties de l’hélicoptère se sont détachées, notamment les pales du rotor principal ». Ce qui n’a pas manqué d’inquiéter l’autorité australienne. Celle-ci, dès le 14 août cloue ses appareils au sol jusqu’à ce que le crash au Mali soit « éclairci ». Pour ne pas rassurer quant à l’avenir du Tigre, l’état australien a pris la décision de les retirer du service dès 2020.

Hélicoptère Tigre allemand

Une fragilité pourtant connue

De plus, l’état des Tigres serait dû aux problèmes de maintenance. En effet, la maintenance des appareils est extrêmement coûteuse dû aux conditions extrêmes dans lesquelles ils évoluent en Afrique ou même en Australie mettant au passage à rude épreuve les composants numériques. Ce sont en effet ces derniers qui présentent le plus de dysfonctionnement sur le terrain et les réparations sont longues et laborieuses à cause d’une inaccessibilité aux pièces détachées. Ceci pourrait donc expliquer pourquoi tant d’appareils français sont inutilisables.

Alors qu’on croirait à la fin définitive du Tigre, voici une interview exclusive du commandant Goujard à la suite d’une conférence sur le GIH (Groupe Inter-armée d’Hélicoptère) :

Pensez-vous que le Tigre présente un grand avenir ?

« Le Tigre a un grand avenir devant lui, d’abord car on n’a pas les moyens de s’en payer un autre. Et puis s’il n’avait plus d’avenir, on ne continuerait pas à l’adapter aux meilleures technologies, voyez le missile Hellfire par exemple »

Le missile Hellfire est un missile polyvalent américain très utilisé car très fiable et extrêmement efficace. Ici, équipant un drone Predator américain.

Vous avez été pilote de Puma pendant une vingtaine d’années, auriez-vous préférer piloter le Tigre ?

« A mes débuts de pilote, peut-être pas, mais avec l’expérience, si on me propose de piloter le Tigre, j’accepterais sans aucune hésitation »

Pourquoi ?

« C’est une machine fabuleuse, qui suscite encore l’intérêt et qui présente des performances renversantes . Voyez par vous même, le Tigre peut atteindre une vitesse de près de 400km/h, ce qui fait de lui, l’un des hélicoptères les plus rapides du monde derrière le Airbus Helicopter X3 et le V-280 Valor qui est la nouvelle version du V-22 Osprey »

Quelques statistiques

Que pensez-vous de l’utilisation des hélicoptères dans les conflits actuels ?
« En opération extérieure, il nous permet de prendre l’avantage très facilement sur l’ennemi, on ne va pas se le cacher, aujourd’hui, les terroristes perdent tout le temps, c’est notamment grâce aux hélicoptères, et le Tigre ne leur laisse aucune chance »

 

Ainsi, alors que la situation porterait à croire que tout va mal pour le Tigre, on constate les détails qui font que finalement, l’histoire n’est pas encore finie et qu’il aura peut-être d’autres pages à écrire. La France a-t-elle raison de porter autant de confiance en cet appareil ? L’Australie a-t-elle raison de l’abandonner en 2020 ? Beaucoup de questions, de statistiques, de faits, qui pourtant aujourd’hui ne définissent pas son avenir, seul le futur pourra donner une réponse.

 

Antoine Drouard

Pour en savoir plus

Page Wikipedia

Page hélicopassion

Page de l’armée

Comments are closed.