Le Cygne noir 2017-2018

Le Cygne noir 2017-2018

Journal des élèves de l'IPSA Paris

Le voyage autour de la terre le plus rapide de l’histoire ?

Mise en ligne en décembre 2017

Elon Musk est un chef d’entreprise, un ingénieur et un inventeur, certains diront même qu’il est visionnaire. Il est à la tête de plusieurs entreprises d’où il tient sa fortune qui s’élève à une vingtaine de milliards de dollars.
Les entreprises qu’il a fondé sont des entreprises de hautes technologies qui ont toutes révolutionné le domaine technologique de ces vingt dernières années. Elles vont de la voiture électrique à l’exploration spatiale, en passant par la chirurgie et le combat contre la cyber intelligence.
Avec son agence spatiale, SpaceX, il a accompli plusieurs projets fous tel que faire atterrir une fusée après un vol orbital sur une plateforme au milieu de la mer. Il ne veut pas s’arrêter là et a pour projet de coloniser Mars avec sa « Big F*cking Rocket » (ce sont ses propres mots) dans un futur proche.
Mais ce qui l’intéresse aujourd’hui c’est de relier Paris à New-York en 30 minutes ou encore New-York à Shanghai en 39 minutes. Comment ? En passant par l’espace.

En effet, le milliardaire a pour idée d’utiliser sa plus grosse fusée jamais conçue, la BFR, qu’il veut utiliser pour son envi de conquête spatiale mais également pour ce projet. Il réutilisera également la technologie qu’il a mise au point pour faire atterrir une fusée qui a fait un voyage orbital.

De quelle fusée parle-t-on ?

La fusée en question est la plus grosse fusée qu’il ait créé. Elle mesure 106 mètres de hauteur pour un diamètre de 9 mètres de large, soit presque 2 Boeing 787 mis bout à bout. Cette fusée sera capable de transporter une centaine de passagers mais également de mettre des satellites en orbite, de déposer des équipages et de l’équipement à la station spatiale internationale ou encore d’accomplir des missions sur la lune et sur Mars.

Schéma – Comparaison et capacités de la BFR (crédit : Spaceflight 101)

Elle est composée de deux parties :
La partie navette spatiale et la partie booster. La navette spatiale se découpe encore en plusieurs compartiments :
•    Elle a 9 réacteurs Raptor
•    Un réservoir de méthane qui sert de carburant
•    Un réservoir d’oxygène liquide
•    Une cabine de chargement
•    Une cabine pour l’équipage
La partie booster se découpe également et plusieurs parties :
•    Un réservoir d’oxygène pour alimenter les réacteurs
•    Un réservoir de méthane qui sert de carburant
•    42 réacteurs Raptor

Schéma – Présentation de la fusée (crédit : Space x)

En quoi consiste le voyage ?

Comme le montre la vidéo promotionnelle du projet, les passagers seront embarqués sur une plateforme en pleine mer, la fusée décollera et atteindra une altitude d’orbite autour de la terre, ce qui lui permettrai de voler à une vitesse de 27 000 km/h. Cette vitesse spectaculaire est possible car hors de l’atmosphère, il n’y a pas de frottement de l’air qui ralentit les corps en mouvement. Puis en approche de la destination, la fusée va atterrir sur une autre plateforme en mer également, ce que SpaceX a réussi à accomplir.

« Une fois sorti de l’atmosphère, ça roulerait tout seul, sans turbulences, rien. Il n’y a pas de météo et on peut gagner des destinations longue distance en moins d’une demi-heure. Si on construit ce truc pour aller sur la Lune ou sur Mars, pourquoi ne pas aller aussi dans d’autres endroits sur Terre », annonce Elon Musk.

 

Combien couterai le voyage ?

Elon Musk annonce que les prix ne dépasseront pas le prix d’une place sur un vol commerciale traditionnel, c’est-à-dire de 400 à plusieurs milliers d’euros.

 

À l’annonce de son projet, de nombreuses questions restent encore sans réponse : est-ce que les passagers pourront soutenir la force de poussée au décollage ? Quel impact ces voyages auront-t-il sur l’environnement ? Le bruit sera-t-il soutenable dans les villes mais également l’envergure des risque liés au fait que les passagers seront assis sur plusieurs centaine de tonne de carburant.

 

À quand le premier vol ?

Le planning de la BFR est le suivant :
•    2022 : faire atterrir deux cargos sur Mars
•    2024 : envoyer des hommes sur la Lune et sur Mars
•    Envoyer des satellites en orbite
•    Transporter des astronautes ver la station spatiale internationale (ISS)
Le projet de relier toutes les destinations du monde en moins de 30 minutes n’est pas prioritaire par rapport à la prochaine étape majeure de l’exploration spatiale.

 

François-Alexandre Sabourin

Pour en savoir plus :

Relier Paris – New-York en 30 minutes

Trois choses à retenir sur le projet BFR dévoilé par Elon Musk

Plus de détails techniques sur la BFR

Comments are closed.