Le Cygne noir 2017-2018

Le Cygne noir 2017-2018

Journal des élèves de l'IPSA Paris

Les courses de drones, bientôt aussi importantes que la Formule 1 ?

Mis en ligne en mai 2017

Il y a quelques années, lorsque l’on parlait de drones, on pensait à des engins militaires pilotés à distance, ou encore à de gros hélicoptères radiocommandés, servant à photographier des champs de blé.

Au cours de ces trois dernières années, on a vu une démocratisation sans précédent des drones, notamment grâce au marketing de certaines sociétés telles que l’entreprise française Parrot ou encore l’entreprise chinoise DJI, leader mondial du secteur, qui commercialisent des drones « prêts à voler ». En 2014, la vente de drones avait comptabilisé près de 100 000 unités.En 2015, les statistiques faisaient état de pas moins de 286 000 drones vendus, soit près de trois fois plus que l’année passée.

La valeur totale de ces achats représente 38 millions d’euros, autrement dit 130 euros par appareil en moyenne. Ce montant était de 186 euros au premier trimestre de l’année 2015 mais il a chuté au cours du dernier trimestre à 114 euros sous l’effet du vif succès des modèles d’entrée de gamme.
La période des fêtes de fin d’année a en effet permis de réaliser 64% des ventes de l’année. Cet essor a permis le développement d’une discipline jusqu’alors confidentielle : les courses de drones.

Les courses, un spectacle futuriste

Les courses opposent cinq ou six pilotes sur une piste. Elles peuvent se dérouler indoor ou outdoor, même si elles ont majoritairement lieu dans des hangars afin d’éviter les effets du vent. Les pistes sur lesquelles s’affrontent les pilotes sont constituées d’obstacles en tout genre (tels que des piliers entre lesquels il faut slalomer, des portes ou des cerceaux que les différents concurrents doivent traverser afin de ne pas être disqualifiés) entre lesquels le drone doit évoluer à grande vitesse – les machines peuvent atteindre près d’une centaine de kilomètres par heure.

La vitesse à laquelle filent les drones rend ce sport aussi spectaculaire que stressant, que ce soit pour les pilotes ou pour les spectateurs. Les crashs, du reste, sont très fréquents. Le spectacle est total : des néons de toutes les couleurs éclairent la piste et les multiples obstacles, ce qui rend les courses absolument magnifiques et leur donne un air très futuriste.

Piste de la course organisée par la DRL à Dubaï

Piste de la course de Dubaï (2016) avec quelques obstacles

Ce sont des courses très intenses qui durent généralement un peu plus d’une minute. Les drones possèdent 4 petits moteurs très puissants puisque qu’ils ont la capacité de propulser les appareils jusqu’à près d’une centaine de kilomètres par heure en quelques dixièmes de secondes seulement. La vitesse étant favorisée par rapport à la durée, les drones sont également équipés d’une petite batterie très légère mais peut endurante, permettant des vols de quelques minutes maximum.

 

Ummagawd (pilote de la DRL) pilotant un quadricoptère à New York

Contrairement aux pilotes d’avions télécommandés ou aux pilotes de drones spécialisés dans la photo aérienne, les pilotes sont assis sur leur chaise, une télécommande à la main, et portent des lunettes qui reçoivent en temps réel les images envoyées par une petite caméra placée à l’avant du drone, donnant ainsi l’impression aux pilotes de se trouver à l’intérieure de leur appareil.

Un début de médiatisation

La D.R.L, pour Drones Racing League, qui est aux drones ce que la FIFA est au football, organisera en juin prochain la deuxième saison de courses de drones, en partenariat avec l’assureur Allianz. Cette rencontre opposera les seize meilleurs pilotes de la planète et sera diffusée pour la première fois en direct à la télévision sur la célèbre chaine sportive américaine, ESPN. Cet événement sera une grande première pour les courses de drones qui deviendront peut-être un jour un sport aussi important que l’est la Formule 1.

L’IPSA au top dans ce domaine

Au sein même de l’IPSA, il existe une association consacrée aux drones dans laquelle s’est formée une équipe de courses de drones : la team BalistX, qui possède une chaîne YouTube à son nom et qui a terminé deuxième lors de la première édition de la course inter-université, organisée par l’ESIGELEC en2016. BalistX a réussi à se hisser sur la plus haute marche du podium cette année.

Mur de drones de l’association IPSA AERO RC

Alexandre Bouquet et Romain Petit

Pour en savoir plus

Nous vous proposons ci-dessous des liens vers les pages Facebook de l’association IPSA AERO RC ainsi que celle de la Team BalistX sur lesquelles vous pourrez découvrir les vidéos réalisées lors des évènements auxquels ils ont participé.

Voir une course de drones

Page Facebook de IPSA AERO RC

Page Facebook de la Team BalistX

Site officiel de la DRL

Comments are closed.