Le Cygne noir 2017-2018

Le Cygne noir 2017-2018

Journal des élèves de l'IPSA Paris

Un des symboles du Transhumanisme

Un des symboles du Transhumanisme

Mis en ligne janvier 2017

L’homme a toujours considéré son propre corps avec circonspection. Les religions, comme le sport (à haut niveau) ou encore le culturisme, par exemple, prônent une sorte de sanctification du corps. Actuellement un mouvement s’est mis en totale opposition avec cette idée et récolte les foudres de nombreuses institutions religieuses mais aussi scientifiques et politiques : le mouvement Transhumaniste.

Un courant de pensée à la limite de la dystopie

Son sens actuel a été défini par Max More comme étant « la promotion de l’amélioration de la condition humaine à travers des technologies d’amélioration de la vie, ayant pour but l’élimination du vieillissement et l’augmentations des capacités intellectuelles, physiques ou psychologiques. »

La plus grosse partie de la polémique apparaît ici. La modification de l’être humain grâce à la technologie implique des pratiques controversées : l’eugénisme, les modifications corporelles extrêmes, les « super-soldats » mais aussi d’autres problèmes sociologiques.

Cette technologie pourrait créer un grand clivage au sein de la société qui se traduirait par un creusement du gouffre entre les classes sociales, schisme entre les « augmentés » bénéficiaires des modifications et les autres. En effet seuls les plus riches pourront s’approprier cette nouvelle technologie et assurer leur hégémonie. Ils profiteront de leur nouveau statut de post-humains purs pour s’éloigner encore plus de la société civile classique. D’un autre côté la fronde serait tout aussi virulente pour ceux qui n’ont pas (voire qui rejettent) la possibilité d’utiliser ces technologies. In fine nous nous retrouverions avec deux sociétés séparées en totales opposition.

Une hypothèse prometteuse

Il y a de nombreux films (comme Arès, Metropolis, Terminator) qui traitent ce sujet sous différents points de vue.

Un T-1000 du film Terminator

Malgré les critiques, n’y aurait-il pas quelque chose de positif dans le point de vue Transhumaniste ? Les technologies médicales qui, au-delà de vouloir rallonger la vie, pourront aussi l’améliorer : recherche sur le cancer, le diabète, les prothèses etc. D’autres domaines pourront bénéficier de l’essor des technologies qui découlerait du Transhumanisme, comme le bâtiment, l’écologie ou les nanotechnologies.

Pour profiter de l’engouement scientifique qui découle de cette idéologie il faudrait une régulation des pratiques issues du courant Transhumaniste. Mais le paradoxe réside dans le fait que cette technologie n’existe pas encore ! Les conclusions auxquelles on arrive pourraient ne jamais exister. Seul l’avenir nous dira si le courant Transhumaniste a un véritable avenir, et s’il sera la prochaine évolution de l’homme.

Liam RAFFIER

Pour en savoir plus

Science et avenir
Interview François Berger
Double interview Laurent Alexandre et Jean-Michel Besnier, Les Échos

Comments are closed.