Le Cygne noir 2017-2018

Le Cygne noir 2017-2018

Journal des élèves de l'IPSA Paris

Voiture volante : rêve ou réalité

Mis en ligne en janvier 2016

On peut penser que le projet de créer une voiture volante est un projet très récent, si on regarde le film de Robert Zemeckis réalisé en 1989, Retour vers le futur 2. Robert Zemeckis prévoyait même que d’ici le 21 octobre 2015, la société utiliserait des voitures volantes comme simple moyen de transport. Mais ce réalisateur était un peu optimiste. En effet, la date est passée depuis peu et on ne constate la présence d’aucune voiture volante dans les villes.
Mais le projet des voitures volantes ne date pas d’hier. Les tentatives pour faire voler des voitures ont commencé en 1917, même si ce fut un échec jusqu’en 1937, année durant laquelle Waterman construisit l’Aerobile. Ce modèle fut sans grand intérêt car il ne rendait en aucun cas le projet pratique pour tout le monde. S’en sont suivies de nombreuses nouvelles voitures volantes mais qui présentaient le même inconvénient que celle que fabriqua Waterman.

L’Aeromobil

VoitureVolante_Image_2

Aujourd’hui, il existe deux projets très avancés et qui devraient bientôt être commercialisés. Tout d’abord, l’Aeromobil. Conçue par Juraj Vaculik, elle devrait être commercialisée d’ici 2017. Pour l’instant elle est exposée à Monaco. Le modèle, assez ressemblant à une voiture de sport, est équipé d’ailes rétractables qui peuvent être déployées en deux minutes. Toutefois, il lui faut 200 mètres pour prendre son envol, ce qui ne permet pas à la voiture de prendre de l’élan sur une simple route. Les utilisateurs de cette voiture seraient donc obligés d’utiliser les pistes d’un aéroport pour décoller. Avoir une telle voiture serait donc sans grand intérêt. Pour surmonter ce problème, Juraj Vaculik pense avoir une solution: il s’agirait de créer une voie réservée aux voitures volantes sur autoroute, ce qui leur permettrait de déployer leurs ailes et de s’élancer à 110 km/h pour ainsi décoller.

VoitureVolante_Image_3Une fois en vol, le moteur de la voiture entraîne une petite hélice permettant au véhicule de tenir plus de quatre heures dans les airs. Aussi, un simple plein d’essence permet 800 km d’autonomie en vol. Le deuxième problème que pose cette engin est qu’il faudra à son conducteur non seulement un permis voiture, mais aussi une licence de pilotage. Là encore, Juraj Vaculik pense avoir trouvé une solution: il envisage de rendre son Aeromobil autonome, ce qui éviterait à tous les conducteurs d’avoir à payer une licence de pilotage; mais il faudra attendre une dizaine d’années pour y parvenir. Quant à son prix, il pourra atteindre jusqu’à 1 000 000 € à sa sortie dans deux ans.

La TF-X

VoitureVolante_Image_1La TF-X est conçue par la société américaine Terrafugia. Contrairement à l’Aeromobil qui est une voiture avion, la TF-X est quant à elle une voiture hélicoptère, ce qui permet à la société Terrafugia de résoudre les problèmes de décollage liés à la voiture avion. La TF-X possède des ailes déployables composées de deux hélices qui lui permettent de décoller verticalement et qui peuvent ensuite pivoter pour s’ajouter à une plus grande hélice fixée à l’arrière et propulsant la voiture vers l’avant. Elle développerait la puissance d’un mégawatt (1 360 chevaux), pour une vitesse aérienne maximum de 320 km/h. Elle pourrait transporter jusqu’à quatre personnes et il faudrait, selon le constructeur, 5 heures maximum pour apprendre à l’utiliser. De plus, elle disposerait d’un mode de pilotage automatique qui empêcherait la voiture de décoller si elle n’avait pas assez d’autonomie (800 km maximum) ou si les conditions météorologiques n’étaient pas optimales. Pour finir, en cas atterrissage impossible, la voiture est dotée d’un parachute, et si le conducteur ne répond plus aux commandes, la voiture peut atterrir toute seule. Comme l’Aeromobil, le prix de cette voiture coûtera aux alentours de 1 000 000 € et on peut déjà la commander, en sachant qu’il y aura 8 à 12 ans d’attente.
La voiture volante est donc bel et bien aujourd’hui une réalité, mais il faudra attendre encore longtemps avant qu’elle devienne notre moyen de transport quotidien, comme l’imaginait Robert Zemeckis.

Alexandre Chevallier

Comments are closed.