Le Cygne noir 2017-2018

Le Cygne noir 2017-2018

Journal des élèves de l'IPSA Paris

Voitures autonomes, entre concurrence et fiabilité

Mis en ligne en janvier 2017

 

Une voiture autonome de la compagnie Google

Dans la course aux voitures autonomes, deux entreprises américaines se démarquent comme étant les principales actrices : Google et Tesla Motors.

Cependant, d’autres entreprises telles que Volvo, BMW ou Citroën se lancent dans la conception de prototypes de voitures sans pilotes afin d’entrer dans un nouveau marché qui pourrait rapporter gros.

Déjà testées depuis 2015 via des prototypes, ces voitures commencent à circuler dans certains États américains et sur quelques portions de routes en Europe avec la condition qu’il y ait une personne dans le véhicule. Cependant, la commercialisation généralisée de ces véhicules devrait s’effectuer d’ici 2020 et représenter près de 100% de la flotte mondiale d’ici 2050.

Parmi les deux géants de l’industrie des voitures autonomes, de nombreux tests ont été effectués sur route : Google a testé près de 70 véhicules avec un total de 2,5 millions de kilomètres parcourus en complète autonomie et Tesla, plus de 200 millions de kilomètres parcourus avec le pilote automatique.

Le premier prototype de voiture sans conducteur a été lancé en 2015 par Google devançant son principal concurrent l’entreprise Tesla Motors, qui a elle, lancée une aide à la conduite fin 2015. Le problème étant que cela nécessite la présence d’un conducteur afin de pouvoir reprendre le contrôle à tout moment.

Une voiture autonome de la compagnie Tesla

Qu’en est-il de la fiabilité de ces voitures ?

Concernant la fiabilité de ces véhicules, la société Google a déclaré que 17 « accidents mineurs » avaient eu lieu avec leurs voitures sur plus de 2 millions de kilomètres. Le principal accident concernant cette compagnie, a eu lieu en 2016 mêlant un de leur véhicule et un bus. Le logiciel ainsi que l’ingénieur qui était présent dans la voiture « pensaient que le bus allait céder le passage à la voiture », ce qui provoqua l’accident.

Explication de l’accident mortel de la Tesla

Mais ce qui posa la question de la fiabilité de ces voitures autonomes est l’accident survenu en Mai 2016. Un automobiliste a trouvé la mort alors qu’il était au volant d’une voiture sans conducteur Tesla, en Floride aux États-Unis. Sa voiture a percuté un camion qui tournait, les freins du véhicule ne se sont pas activés, le pilote automatique n’a pas repéré la remorque blanche du camion qu’il a confondu avec le ciel qui était couvert ce jour-là. Cet accident a été rendu public seulement un mois après les faits en Juin 2016 par la compagnie Tesla.
Ainsi, c’est cet évènement majeur qui a remis en cause la fiabilité des voitures autonomes. La compagnie Tesla Motors a dû refaire de nombreux tests sur toutes leurs voitures afin d’éviter qu’un tel accident se reproduise et enfin arriver à une voiture autonome 100% fiable et sécurisée.
Cependant, malgré ces incidents, Egil Juliussen du cabinet IHS automotive prédit « qu’en 2035, les voitures sans conducteurs représenteront 9 % de la flotte mondiale. Et presque 100 % en 2050 ».

Baptiste Moura

Pour en savoir plus :
Sur l’accident mortel de la tesla 
Sur les voitures Tesla 
Sur les voitures Google 

Comments are closed.